Notre histoire

Commencée il y a 30 ans, elle est marquée par la violence quotidienne du Brésil, la figure de l’Église catholique, le soutien de la communauté locale, du gouvernement brésilien, des organisations philanthropiques et des volontaires du monde entier.

Notre histoire

Commencée il y a 30 ans, elle est marquée par la violence quotidienne du Brésil, la figure de l’Église catholique, le soutien de la communauté locale, du gouvernement brésilien, des organisations philanthropiques et des volontaires du monde entier.

1978

16 juin

ARRIVÉE AU BRÉSIL

Le père Renato Chiera est arrivé au Brésil, dans la Baixada Fluminense. Du diocèse de Mondovì, dans le Piémont, il s’est installé à Nova Iguaçu, dans la banlieue de Rio de Janeiro, pour travailler comme curé de paroisse aux côtés des personnes pauvres et marginalisées.

 

 

 

1982

1 novembre

RENCONTRE AVEC PIRATE

Le père Renato trouve caché dans son garage un adolescent connu sous le nom de Pirata, blessé et recherché par la police. Il l’accueille dans son foyer et l’aide à s’intégrer dans la communauté.

 

 

 

 

 

 

1984

Janvier

ARRIVÉE DU PÈRE RENATO DANS LA PAROISSE DE SÃO MIGUEL ARCANJO.

 

 

 

1985

7 février

MARCADO PARA MORRER

Un jeune homme, sur la liste des « marcados para morrer », à tuer, se tourne vers le père Renato et lui demande : « Père, personne ne fait rien. Je ne veux pas mourir ». Cette phrase a fait réfléchir Renato sur la phrase de l’Evangile « Ce que vous avez fait au plus petit d’entre eux, c’est à moi que vous l’avez fait… ». (MT, 25, 40).

 

 

 

 

 

 

1984-86

 

ACTIVITÉS D’ALPHABÉTISATION AVEC DES ENFANTS ET DES ADULTES DANS DIVERSES COMMUNAUTÉS PAUVRES

 

 

 

1986

12 octobre

LA CASA DO MENOR EST OFFICIELLEMENT NÉE

En réponse à l’appel à l’aide de nombreux enfants et jeunes, la Casa do Menor Sao Miguel Arcanjo a été fondée le 12 octobre 1986 dans la banlieue de Rio de Janeiro, un nom choisi par les enfants eux-mêmes qui ressentaient le manque d’amour.

 

 

 

1987

 

LA CASA DO MENOR AGRANDIT SES INSTALLATIONS

Grâce au soutien du diocèse de Nova Iguaçu et des jeunes de la communauté, le projet du père Renato se développe et s’étend à d’autres endroits au Brésil.

 

 

 

1992

LES PREMIERS COURS PROFESSIONNELS

Avec l’aide d’un père social, forgeron de profession, Casa do Menor a organisé les premiers cours professionnels pour les jeunes et les adolescents des centres familiaux et communautaires.

 

 

 

1993

 

VILA CLAUDIA

Centre de jour dans la favela de Vila Claudia, où sont réalisées des activités d’alphabétisation, de renforcement scolaire et des cours professionnels en informatique et en participation civique, afin d’éviter que les enfants et les jeunes ne vivent dans la rue et ne soient impliqués dans le trafic de drogue, très présent dans cette communauté.

 

 

 

1996

CASA DO MENOR TINGUÀ

Cette unité a été créée pour accueillir le centre d’accueil de la famille André, dédié au traitement de la toxicomanie masculine, et le centre d’accueil de la famille Jesus Menino pour les handicapés psycho-physiques. Des activités de réinsertion des jeunes sont menées à travers l’horticulture, le sport et la participation à des cours professionnels au centre Miguel Couto.

 

 

 

1998

 

IRMÃ CELINA

Une structure où les enfants âgés de quelques mois à 5-6 ans sont accueillis pendant la journée pour aider les parents à s’occuper correctement de leurs enfants et à ne pas les laisser seuls pendant qu’ils travaillent. Les enfants reçoivent une éducation et une nutrition appropriées. Les problèmes de malnutrition et de négligence sont parmi les principales causes de déviance sociale au Brésil.

 

 

 

2001

CASA DO MENOR FORTALEZA

Construit en 2001, le Village d’Enfants comprend cinq maisons familiales, un centre de formation professionnelle, un centre de jeux et de sports, une « pousada » pour les volontaires et un dispensaire. Il fait partie du Condominium Espiritual Uirapuru (CEU), où 22 communautés, issues de charismes anciens et nouveaux, vivent ensemble pour répondre au large éventail de questions spirituelles et sociales de la ville.

 

 

 

2002

 

MAISON DU REVIVEUR

Inaugurée en 2002, cette structure accueille des enfants en situation de risque et de vulnérabilité sociale. Aujourd’hui, c’est un foyer mixte qui accueille des frères et sœurs âgés de 5 à 11 ans.

 

 

 

2006

 

ROSA DOS VENTOS

Inaugurée en 2006, cette structure accueille une crèche de 75 enfants et propose des cours de formation professionnelle en informatique, montage d’ordinateurs et mécanique, suivis par environ 180 jeunes par an. Dans le centre, des opérateurs professionnels effectuent un travail psychopédagogique systématique avec les familles afin de résoudre leurs éventuelles difficultés d’apprentissage.

 

 

 

2006

JOVEM APRENDIZ

1500 participants la première année. Plus de 50 000 jeunes que Casa do Menor a aidé à trouver un emploi jusqu’à présent.

 

 

 

2008

SANTANA DE IPANEMA

Casa do Menor a lancé un projet de prévention et d’éducation auprès des enfants et des adolescents de la région du Sertão à Alagoas, en particulier dans la ville de Santana do Ipanema. Il s’agit d’une région d’extrême pauvreté et de misère, où la déstructuration familiale est à l’origine de fréquents cas de violence domestique, due également à l’abus d’alcool. L’intervention de Casa do Menor s’adresse donc à ces enfants et adolescents qui se trouvent dans une situation de risque social, candidats à devenir des enfants « dans » la rue.

 

 

 

2013

GUARATIBA

Unité accueillant un centre d’accueil familial dédié au traitement de la toxicomanie et à la réinsertion d’adolescents en situation de risque grave, impliqués dans des délits et victimes de violence. Les activités de réadaptation se font par le biais du sport et de la participation à des cours professionnels au centre Miguel Couto.